La non-violence en bref

La non-violence, c'est d'abord le respect de soi et d'autrui. Elle peut se résumer par la formule: «Ni hérisson, ni paillasson!» Ne pas blesser, ne pas se laisser piétiner. La non-violence refuse la violence : la mienne et celle dont je suis témoin. Au contraire du système «gagnant-perdant» qui prévaut dans nos sociétés, la non-violence privilégie le système «gagnant-gagnant».

L'action peut être individuelle ou collective. Elle est, entre autres, centrée sur la résolution des conflits. Plutôt que de les fuir, la non-violence propose d'apprendre à les gérer en tenant compte des sentiments, des besoins et des valeurs de toutes les parties. Les règles communes sont définies de manière à satisfaire les uns et les autres. Elle permet ainsi de vivre les conflits comme des occasions de construire des relations plus justes et plus équilibrées.

En faisant face au conflit et en refusant la légitimité accordée à la violence ou en dénonçant ses causes, la non-violence s'oppose à la lâcheté. Elle exige ainsi beaucoup de courage et surtout d'agir au plus près de sa conscience. Si la violence recherche la justice et la liberté («Si tu veux la paix, prépare la guerre»), la non-violence y parvient concrètement par la négociation, en rompant avec la spirale de la violence.

La non-violence est d'abord une attitude. Elle consiste, entre autres, à reconnaître notre agressivité et à l'utiliser comme potentiel de lutte pour la vie (coopération, justice, solidarité) et non en potentiel de destruction (système gagnant-perdant). De nombreuses pistes rendent possible l'apprentissage de la non-violence afin de la vivre, au mieux, quotidiennement. La non-violence est aussi une méthode d'action, dont les modes sont multiples. En tant que moyen de résolution des conflits, la non-violence est un outil de luttes sociales et politiques.

Modes d'action

Gandhi (pour libérer l'Inde de la colonisation britannique), Martin Luther King (pour les droits civiques des Noirs aux USA) ou la Dame de Rangoon Aung San Suu Kyi (pour la démocratie en Birmanie) sont des figures de la non-violence. L'expérience de nombreuses luttes a montré l'efficacité de la stratégie de l'action non-violente. Nombreux sont les modes d'action permettant aux hommes, aux femmes et aux peuples de recouvrer leur dignité et de défendre leur liberté :

  • L'objection de conscience. Parmi les réfractaires à l'armée, il y a des personnes refusant d'exécuter leur service militaire pour des questions de conscience. Beaucoup d'objecteurs ne se contentent pas de refuser l'armée, mais mettent en avant l'utilité d'un service civil de remplacement.
  • L'information de l'opinion. Il peut devenir nécessaire de porter un conflit devant l'opinion publique en vue d'une large adhésion à une cause. Les mères «folles de la Place de mai» se réunissent depuis 1977 à Buenos Aires pour savoir ce que sont devenus leurs enfants disparus. Cette lutte non-violente a reçu un soutien international.
  • La médiation. Parents, amis ou encore élèves peuvent apprendre à devenir médiateur ou médiatrice. Ce sont des personnes extérieures permettant de rétablir la communication entre les parties d'un conflit. L'objectif n'est pas de prendre position, mais de favoriser l'expression pour trouver une solution commune.
  • La non-coopération. Une femme opprimée par son mari, si elle ne fait rien pour mettre fin à cette situation, collabore avec lui. Rompre le silence, c'est déjà mettre fin à cette collaboration. Un peuple opprimé par son gouvernement collabore à son maintien au pouvoir et à sa prospérité par son travail, sa soumission, ses impôts. Le refus de voter peut être dans certains cas un moyen d'exprimer son refus d'un jeu électoral. La grève est une forme de non-coopération à l'égard de la production. Le renoncement à des titres et décoration est aussi une forme de non-coopération.
  • La désobéissance civile. La non-coopération légale devient désobéissance civile lorsqu'elle est interdite par le pouvoir. C'est le cas de toutes les formes de non-coopération à l'impôt ou des occupations de logement, dont le but est d'agir pour plus de justice. Pour défendre les pauvres, Robin des bois a recouru à la désobéissance civile.
  • L'obstruction civile. Elle désigne des formes d'action qui consistent non plus seulement à refuser de coopérer, mais aussi à faire obstacle aux projets de l'adversaire et au fonctionnement de son système. Elle permet de retarder la réalisation de certains projets, voire à leur ôter tout intérêt. Greenpeace recourt à l'obstruction civile en bloquant des trains comportant des déchets radio-actifs.

La non-violence au quotidien

© Non-violence Actualité (NVA)

Avoir une attitude non-violente, c'est possible! Cela implique, entre autres, de rompre avec des habitudes acquises dès le plus jeune âge et surtout d'accepter de faire face au conflit. Il s'agit notamment de :

  • S'exprimer sans empiéter sur le territoire de l'autre.
  • Ne pas attribuer d'étiquettes et d'écarter les préjugés.
  • De renouer la communication : la violence commence là où se termine le dialogue.
  • Ecouter ce que l'autre veut réellement nous dire, au delà des mots et des actes.
  • S'affirmer, oser dire non.
  • Utiliser notre agressivité de manière constructive.

Petit lexique de la non-violence

Extraits de l'indispensable Lexique de la non-violence de Jean-Marie Muller.

A consulter également le Dictionnaire de la non-violence du même auteur paru en 2005 aux éditions Relié. Celui-ci est disponible à notre service de prêt.

La non-violence réussit-elle toujours ?

Comme la violence, il arrive à la non-violence d'échouer. Ses échecs peuvent même être sanglants, mais rarement autant que ceux de la violence.

Comme la violence, il arrive à la non-violence d'être impuissante. Quand un conflit armé a éclaté et que seules parlent les armes, il est en général trop tard pour que les moyens non-violents puissent être efficaces. La prévention des conflits est donc une tâche essentielle.

Olivier Maurel, "La non-violence active : 100 questions-réponses pour résister et agir", Ed. la Plage, 2001

Formation

Pour se familiariser avec des attitudes non-violentes, le Centre pour l'action non-violente propose un programme de formation annuel. Il organise également des interventions personnalisées à la demande de groupes.

Le Centre pour l'action non-violente (CENAC)

Le Centre pour l'action non-violente oeuvre pour la non-violence en Suisse romande depuis 1968.

Le CENAC illustre la non-violence par la formule « Ni hérisson, ni paillasson », ne pas blesser, ne pas se laisser piétiner.

Nous contacter

Centre pour l'action non-violente (CENAC)
Rue de Genève 52
CH-1004 Lausanne
Tél.: +41 21 661 24 34
Email: info@enlever-cette-partie.non-violence.ch

CCP 10-22368-6
IBAN CH95 0900 0000 1002 2368 6

Plan d'accès