Répugnante xénophobie des populistes

Tribune libre - juin 2019


Dessin de Pigr paru dans «Vigousse »  du 21 juin 2019. « Vigousse », le journal qui pense la même chose que nous de l’UDC, mais l’écrit tellement mieux…

Dessin de Pigr paru dans «Vigousse» du 21 juin 2019. «Vigousse», le journal qui pense la même chose que nous de l’UDC, mais l’écrit tellement mieux…

Cenac Publications    « Tribune libre »

Nous avons tous eu le douteux honneur de recevoir dans nos boîtes aux lettres le dernier torchon tout public de l'UDC. Machine de guerre précoce en vue des élections fédérales de cet automne, ce machin s'en prend surtout à la lutte contre le changement climatique (thème dont le succès actuel dérange profondément l'UDC, qui craint fort d'y perdre des électeurs… et donc des élus), mais aussi, plus sournoisement, à l'immigration. C'est sur ce chapitre que je voudrais mettre quelques points en exergue.

• Page 3, un encadré genre « publicité » (une pub UDC dans un journal UDC, c'est original) titre : « 1 million d'immigrants = une consommation d'eau de 59 milliards de litres !». Le texte précise que le million d'habitants supplémentaires qu'abrite la Suisse depuis « les 13 dernières années »1 « consomment chaque année environ 59 milliards de litres d'eau, de l'eau qui manque à l'agriculture en été ! Voilà une atteinte directe au climat et aux ressources de la Suisse. » Fallait le trouver, hein !

Et de conclure : « Pour protéger le climat en Suisse, il faut donc commencer par combattre l'immigration de masse !»
Faut-il rappeler que le million de personnes dont il est question consommeraient aussi de l'eau si elles habitaient ailleurs ?
Faut-il également signaler que l'eau « consommée » ne se perd pas : elle retourne aux égouts, et de là aux rivières, etc. etc. – on appelle ça le cycle de l'eau…

L'UDC reproche aux personnes migrantes de boire. Peut-on imaginer violence plus primaire, plus drastique

• Passons sur la gigantesque désinfographie des pages 4 et 5, qui nous « apprend » – sous forme de gros nuages noirs – que la Chine, les USA et l'Inde ont une émission de CO2 bien plus importante que la Suisse. Tiens, on s'en serait doutés… Mais bon, pour l'UDC, les étrangers, même chez eux, faut s'en méfier, n'est-ce pas !

D'ailleurs, s'il est vrai que les USA polluent bien plus que tout le reste des nations ; si même la Chine a un bilan carbone pire que le nôtre (en admettant que les chiffres de l'UDC soient justes, ce qu'ils ne sont pas toujours mais ne chipotons pas…) ; on notera toutefois que l'Inde, avec 2'467 millions de tonnes de CO2 émises par an par une population de 1'418 millions, a un bilan par habitant 2,5 fois meilleur que la Suisse (40 millions de tonnes de CO2 pour 8,5 millions d'Helvètes).

Comme quoi, un nuage de chiffres peut cacher… un nuage de mauvaise foi !

• Page 6, à propos des 6,1 millions de véhicules à moteur immatriculés en Suisse, « soit 33% de plus que 18 ans plus tôt », et des « 26'000 heures d'attente dans les bouchons » enregistrées l'an dernier, voici un autre coup de canif : « La conséquence la plus directe de l'immigration de masse que subit la Suisse, soit un million de personnes en l'espace de 13 ans2, sera le prochain effondrement du trafic sur le réseau routier helvétique ». Et voilà la population immigrée responsable des bouchons routiers et de la pollution concomitante. On croit rêver…

Question : Qui selon vous achète les plus grosses bagnoles, les SUV qui puent, polluent et encombrent les rues ? Quels ménages ont une voiture par personne adulte ? Les requérants d'asile ? Les concierges portugais ? Les femmes de chambre bosniaques ? Les caissières de supermarché kosovares ?

• Mais le « pompon » vient en page 8, avec le gros encadré où, sous l'affable visage de Mélissa Gerber, « présidente des jeunes UDC Fribourg » et le surtitre « À propos de la journée de la grève des femmes » (sur fond rose, ils n'avaient plus de mauve, désolé…), figure l'ignoble texte suivant : « La VIOLENCE [oui oui, en majuscules – note de P.B.] contre les femmes a une origine bien connue : les INDIVIDUS NON INTÉGRÉS ».

Le texte amalgame ensuite, en un brouet répugnant : délits sexuels, agressions dans la rue « des femmes non musulmanes » (subtile désignation des mâles musulmans comme coupables en bloc, non ? – Mais pas du tout, pas du tout, il s'agit juste de défendre les femmes… non musulmanes, bien sûr !), maltraitance des enfants, violences domestiques, mariages forcés et mutilations sexuelles. N'en jetez plus…

Avec ça, on peut rejeter une bonne partie de ces étrangers qui volent l'eau de notre agriculture, créent des bouchons sur nos routes et grossissent le nuage de pollution CO2 de notre tendre, douce, juste, chaste et si jolie Helvétie – en attendant de violer nos femmes et de battre nos enfants…

Je m'emporte, c'est vrai. Comment ne pas s'emporter lorsque la violence sociale atteint ce point d'obscénité ? Car ne nous y trompons pas : ces délires ne sont pas que des élucubrations électoralistes ; ce sont autant d'appels à la haine xénophobe.
On se demande pourquoi ce n'est pas interdit… Mais à défaut, il nous revient, à nous qui sommes épris de non-violence, ou tout au moins d'équité, de dénoncer ces horreurs, d'en parler autour de nous, d'en montrer au plus de gens possible l'ahurissante stupidité, de montrer le roi nu, en somme.

Parce que cet automne, il se trouvera quand même des gens, et même des femmes, pour mettre le bulletin de l'UDC dans l'urne fédérale… Ça me fait mal au ventre, tiens !

Le 18 juin 2019
Pour le Centre pour l'action non-violente (CENAC), Lausanne :
Philippe Beck

Découvrez Vigousse et Pigr, sur leurs sites respectifs...

Notes dans le texte:

(1) Alors qu'un article p. 2 parle également d'un million d'étrangers supplémentaires, mais entre 1990 et 2017 – ce qui fait 27 ans, et non 13, si je compte bien...

(2) On a vu plus haut ce que valent ces chiffres…

 


Non-violence en action

Pour être toujours au courant de notre actualité

Inscrivez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la page Facebook du CENAC

A la une

Tout peut (encore) changer

Cycle de conférences et ateliersLire la suite


Sensibiliser les enfants à la non-violence

Réédition de l'exposition Ni hérisson ni paillasonLire la suite


Afficher les résultats 25 à 26 sur un total de 26
<< Première < Précédente 1-6 7-12 13-18 19-24 25-26 Suivante > Dernière >>

Le Centre pour l'action non-violente (CENAC)

Le Centre pour l'action non-violente oeuvre pour la non-violence en Suisse romande depuis 1968.

Le CENAC illustre la non-violence par la formule « Ni hérisson, ni paillasson », ne pas blesser, ne pas se laisser piétiner.

Nous contacter

Centre pour l'action non-violente (CENAC)
Rue de Genève 52
CH-1004 Lausanne
Tél.: +41 21 661 24 34
Email: info@enlever-cette-partie.non-violence.ch

CCP 10-22368-6
IBAN CH95 0900 0000 1002 2368 6

Plan d'accès