Le paradoxe de la résistance non-violente au 21ème siècle

Nouvelles perspectives par Erica Chenoweth


in « Gewaltfrei Aktiv 57 », février 2020 (article original en allemand)
(traduction automatique de l’allemand en français, légèrement éditée par le CENAC)


La grande étude d'Erica Chenoweth et Maria J. Stephan « Why civil resistance works : the strategic logic of nonviolent conflict » (Pourquoi la résistance civile fonctionne : la logique strategique du conflit non-violent) a fait des vagues depuis sa sortie en 2011. Elle examine les soulèvements violents et non-violents et utilise des chiffres empiriques pour démontrer que la résistance non-violente est beaucoup plus efficace que les rébellions violentes.

Cette étude offre des arguments importants pour tous ceux qui aspirent à des changements fondamentaux de manière non-violente. Elle a également apporté des arguments importants lors du processus de discussion de l'Église de Baden sur l’éthique de la paix,  en 2012-2013. L'étude s'est étendue sur la période de 1900 à 2006 ; Erica Chenoweth a poursuivi ses recherches depuis lors. Et elle a constaté quelque chose d'intéressant : au cours des 15 dernières années, c'est-à-dire entre 2004 et 2019, il y a eu des glissements significatifs dans les observations. Pour le dire brièvement : la résistance non-violente n'est plus aussi efficace qu'elle l'était dans les années 90 et les décennies précédentes. Dans une conférence d'octobre 2019, Erica Chenoweth décrit le paradoxe de la résistance non-violente au 21ème siècle.

Plus de soulèvements non-violents – moins de succès ?

Entre 2000 et 2018, le nombre de soulèvements non-violents a augmenté et le nombre de rébellions violentes a considérablement diminué, mais le taux de succès des soulèvements non-violents est passé de 65 % en 2000 à 30 % en 2018. Les soulèvements non-violents ont toujours plus de succès que de violence, leur taux de réussite se situe entre 10 et 20 %. Mais d'où vient ce déclin rapide ? Pourquoi le nombre de campagnes non-violentes a-t-il augmenté en nombre absolu, mais leur taux de réussite a-t-il diminué?

Erica Chenoweth explique d'abord pourquoi la résistance non-violente a réussi dans le passé, puis aborde ce qui a changé ces dernières années et jette un regard vers l'avenir. La résistance non-violente a réussi dans le passé quand elle est parvenue à créer de grands mouvements de masse diversifiés et représentent des segments très différents de la population. Les soulèvements non-violents sont particulièrement efficaces lorsque les femmes sont impliquées dans la première série d'actions et jouent un rôle important dans le niveau de gestion d'une campagne. La résistance non-violente est un succès quand elle réussit à s'attaquer aux piliers du pouvoir et à dépasser d’importants soutiens d’un système injuste. Les critères de réussite comptent également la discipline du mouvement face à la répression. Les formes mixtes de mouvements avec une grande résistance non-violente et des composantes violentes réussissent moins bien que les campagnes non-violentes. La variété des méthodes est également importante. De simples marches de protestation, même si elles peuvent amener un grand nombre de personnes dans la rue, ne suffisent pas.

Qu'est-ce qui a changé au cours des 20 dernières années?

Le nombre de campagnes non-violentes a augmenté dans le monde, mais la participation de la population à celles-ci a diminué. Alors que jusqu'à 3 % de la population a pris part aux grands mouvements des années 90, ce chiffre tombe à 1 % depuis 2010 (voir schéma ci-dessous).

Deuxièmement, le nombre de mouvements non-violents avec des composantes violentes a augmenté (de 30 % à près de 50 %). Si les combattants de rue se mêlent à des manifestations non-violentes, le taux de réussite des campagnes baisse sensiblement. Mêler la violence avec des actions non-violentes ne mène pas au succès. En règle générale, un mouvement est alors dominé par les hommes, le mouvement est divisé et la participation diminue.

Troisièmement, l'endurance et la résilience des mouvements sociaux ont diminué à mesure que la capacité des régimes à supprimer ces mouvements a augmenté. On peut également dire que les dictateurs et les régimes autoritaires ont appris quelque chose de nouveau. Vous vous êtes préparé à une résistance non-violente. Le type de répression est devenu plus intelligent. Les résistants sont qualifiés de terroristes (c'est d'autant plus facile si le mouvement n'est pas purement non-violent). Des agents provocateurs intoduisent la violence dans le mouvement. D'autre part, des tentatives sont faites pour impliquer des personnalités de l'opposition au sein du gouvernement et leur proposer des compromis. La répression violente est externalisée auprès des escadrons de la mort et des unités paramilitaires, la censure et la surveillance empêchent la dénonciation neutre.

Ce qu'il faut: de nouvelles formes d'action, campagnes, endurance, cohésion

Quatrièmement, les grands mouvements actuels manquent d'innovations et de tactiques flexibles. Chenoweth note qu'il y a eu d'énormes manifestations aux États-Unis au cours des deux dernières années. La Marche des femmes de janvier 2017 a été la plus grande manifestation de l'histoire des États-Unis. Les protestations des étudiants contre les lois sur les armes à feu ont été la campagne la plus large avec des actions de débrayage dans 4 400 écoles du pays et 150 jardins d'enfants. Mais ces grandes manifestations n'ont finalement rien obtenu. Il est évident que les protestations seules ne suffisent pas à changer vraiment quelque chose dans une société. Vous ne pouvez pas accéder aux piliers du pouvoir ainsi. Chenoweth recommande donc que les méthodes soient modifiées à plusieurs reprises et que les méthodes de non-coopération (en particulier les grèves, les grèves générales et les boycotts) et la désobéissance civile soient incluses dans la planification de la campagne.

Après tout, il est important de se préparer à une longue lutte et de donner plus d'espace à la planification des campagnes si on vise des changments fondamentaux. Cela prend du temps. Par exemple, ceux qui faisaient partie du comité des étudiants de l'Université de Nashville et qui étaient impliqués dans le mouvement des droits civiques sous Martin Luther King dans les années 1960 se sont rencontrés chaque matin à 6 heures pour discuter et planifier leurs actions. Ensuite, ils ont assisté aux conférences. Une campagne de résistance réussie nécessite donc de solides réseaux de groupes au sein desquels les gens se connaissent bien et se soutiennent en cas de répression. L'espace pour la recherche d'un consensus et le règlement des conflits au sein des mouvements est également important. Chenoweth se concentre ici sur une caractéristique particulière des campagnes non-violentes : la cohésion en un seul mouvement et le temps et l'espace nécessaires à cette cohésion.

Ne surestimez pas l'actionnisme numérique

Chenoweth met également en garde contre l'activisme numérique. Il a semblé brièvement que le printemps arabe était acclamé sur Facebook. Bien sûr, les réseaux sociaux permettent d’inviter les gens à agir, mais Chenoweth met en garde contre une surestimation des possibilités numériques. Elles peuvent apporter une mobilisation à court terme, mais ne conduisent pas à des campagnes à long terme dans lesquelles la connaissance interpersonnelle est nécessaire. Les régimes répressifs se préparent de plus en plus à diffuser des informations via les réseaux sociaux et à produire des Fake news. L'utilisation des médias numériques apporte un traitement superficiel de campagnes à l’étranger, ou l’exaltation de certaines images. Elle empêche une réflexion approfondie sur la tactique et l'efficacité de la résistance non-violente, que Chenoweth considère comme impérative.

La résistance non-violente a-t-elle un avenir ?

Oui, si l’on fait connaître le fonctionnement de la résistance non-violente. Quand les mouvements investissent plus de temps et d'énergie dans la planification des campagnes. Et quand ils partagent leurs idées et leurs expériences.
Dietrich Becker-Hinrichs

Vidéo

La conférence d'Erica Chenoweth peut être vue sur YouTube


Non-violence en action

Pour être toujours au courant de notre actualité

Inscrivez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la page Facebook du CENAC

A la une

Violence - ses faces visibles et invisibles

4 cafés-débats sur la violence à LausanneLire la suite


Violence - ses faces visibles et invisibles

4 cafés-débats sur la violence à LausanneLire la suite


Violence - ses faces visibles et invisibles

4 cafés-débats sur la violence à LausanneLire la suite


Violence - ses faces visibles et invisibles

4 cafés-débats sur la violence à LausanneLire la suite


Afficher les résultats 1 à 6 sur un total de 33
<< Première < Précédente 1-6 7-12 13-18 19-24 25-30 31-33 Suivante > Dernière >>

Le Centre pour l'action non-violente (CENAC)

Le Centre pour l'action non-violente oeuvre pour la non-violence en Suisse romande depuis 1968.

Le CENAC illustre la non-violence par la formule « Ni hérisson, ni paillasson », ne pas blesser, ne pas se laisser piétiner.

Nous contacter

Centre pour l'action non-violente (CENAC)
Rue de Genève 52
CH-1004 Lausanne
Tél.: +41 21 661 24 34
Email: info@enlever-cette-partie.non-violence.ch

CCP 10-22368-6
IBAN CH95 0900 0000 1002 2368 6

Plan d'accès